Rassemblé·e·s pour mieux se nourrir

Deux objectifs prioritaires : remettre en cause la privatisation de la restauration scolaire et développer l’agriculture locale.

Sanctuariser les terres agricoles avec une veille foncière et l’encadrement d’éventuelles constructions.
• Créer des ZAP (Zone Agricole Protégée) pour lutter contre la pression immobilière.
• Soutenir les initiatives pour développer l’accès aux terrains agricoles en fermage, comme celles développées par l’association « Terre de liens ».
Faciliter l’installation et le passage en bio des jeunes agriculteurs.
• Préserver la qualité des terres et protéger les habitants des traitements agricoles.
• Valoriser localement les produits agricoles aubagnais.
Promouvoir les circuits courts et en faire des supports pédagogiques.
Dynamiser la marque collective des « Jardins du Pays d’Aubagne ».
• Soutenir le développement des AMAP.
• Disséminer des jardins partagés dans les quartiers et dans les écoles, en développant la formation au bio et à la permaculture.
• À la fin de la Délégation de Service Public (DSP), revenir à une maîtrise publique de la restauration scolaire seul moyen de développer la part de l’alimentation bio et des produits locaux dans les assiettes de nos enfants.
• Revenir à la gratuité de la cantine pour la 1ère tranche du quotient familial.
Programmer, en lien avec le passage en gestion publique, la gratuité pour tous.
Réduire le gaspillage alimentaire, notamment dans les cantines collectives.
• Sensibiliser à la qualité et au goût de l’alimentation.

ENSEMBLE, PLUS D’IDÉES, PLUS DE FORCES, PLUS D’EFFICACITÉ !

Agricultrice à Aubagne, je travaille tous les jours cette terre. Je sais ce qu’une agriculture locale peut apporter aux Aubagnais : une alimentation saine, tout en respectant la nature et en limitant les transports de marchandises. Soutenir nos projets, c’est créer des emplois locaux, apprendre aux enfants comme aux adultes à manger localement, à valoriser une agriculture respectueuse de l’environnement et des habitantes et des habitants de notre ville.

Virginie RAES