Pour la réouverture du marché paysan

Pour la réouverture du marché paysan

Au moment même où 25% des marchés alimentaires vont rouvrir en France, Gérard Gazay refuse obstinément de maintenir le marché paysan, livrant à eux-mêmes les producteurs et privant les Aubagnais.e.s de l’accès à des produits locaux de qualité. Agricultrice et candidate sur la liste « Rassemblé·e·s pour Aubagne », Virginie RAES nous donne son point de vue.

En raison de la crise sanitaire, le marché alimentaire d’Aubagne a été brutalement suspendu le mardi 24 mars, livrant à eux-mêmes les producteurs.

Depuis cette date, ils et elles dépensent un temps et une énergie folle pour sauver leurs fruits et légumes en multipliant les points de vente dans la périphérie de la ville. Alors que les plantations sont rendues plus difficiles par le manque de main d’œuvre dû au confinement, ce temps leur serait pourtant indispensable pour préparer les prochaines récoltes et donc assurer leurs lendemains.

Une demande de dérogation pour la réouverture du marché paysan a donc été faite auprès du maire par le CETA (Centre d’Étude Technique Agricole), soulignant le caractère urgent de l’écoulement des productions et proposant que le marché ne se tienne qu’une seule matinée par semaine, accompagné des indispensables mesures de sécurité mises en œuvre en collaboration avec les services de la Ville d’Aubagne.

En réponse, Gérard Gazay a expressément refusé toute possibilité de maintien du marché paysan. Il n’a pas jugé bon de soutenir l’agriculture locale, fleuron de notre territoire et décidé de priver, dans le même temps, les Aubagnais·es du centre ville de l’accès à des produits locaux de qualité. Au moment même où 25% des marchés alimentaires vont rouvrir en France.

À ce jour, Rassemblé·e·s pour Aubagne constate que seul le syndicat agricole « Confédération paysanne » a su convaincre la Préfecture et obtenir des dérogations permettant la réouverture de marchés alimentaires, avec des mesures de sécurité sanitaire drastiques, bien évidemment.

Dans le contexte actuel, ces initiatives remettent du sens en priorisant les vraies valeurs. Elles protègent, valorisent, accompagnent un secteur d’activité qui privilégie notre autonomie alimentaire et assure une alimentation saine si importante.

Rassemblé·e·s pour Aubagne encourage ces initiatives et demande à ce qu’elles soient suivies d’effet à Aubagne. C’est urgent !

Virginie RAES, Agricultrice et candidate sur la liste Rassemblé·e·s pour Aubagne

Une pétition en ligne

Dans une pétition adressée au Préfet des Bouches-du-Rhône, l’Association pour le Développement de l’Emploi Agricole et Rural (ADEAR) des Bouches-du-Rhône demande la réouverture des 7 marchés paysans dont elle a en charge la gestion en conventionnement avec les mairies, sur le département depuis 20 ans. Parmi eux : l’espace producteurs d’Aubagne.

Selon l’ADEAR la fermeture de ces marchés met non seulement en difficulté les paysans, ceux qui depuis le début de cette crise sans précédent, n’ont pas cessé de travailler, pour nourrir les gens mais prive aussi les gens, en ville, de trouver une nourriture saine, locale, souvent biologique ; en les poussant à rejoindre les grandes surfaces, c’est le risque de regrouper les personnes dans un même lieu, fermé de surcroît qui est accentué.

La fermeture de ces marchés paysans est d’autant plus incompréhensible que le Préfet des Bouches du Rhône a permis la réouverture de certains marchés alimentaires sur le département.

Pour signer la pétition cliquez sur ce lien