Le service public, clé de la réussite

Le service public, clé de la réussite

Rien ne sera possible sans l’investissement, la réflexion et l’adhésion des femmes et des hommes du service public communal. Il constitue la colonne vertébrale de l’activité municipale, la clé de la réussite de notre programme.

Si les agents et les cadres communaux sont méprisés, si la complicité ou la servilité politicienne tient trop souvent lieu de compétence pour l’accès aux responsabilités, comme sous l’actuelle municipalité de droite, c’est la qualité du service dû aux Aubagnais qui en souffre. La transparence des promotions et le dialogue avec les représentants du personnel, le respect des instances paritaires doivent être la règle !
Là encore, pas de simple retour au passé. Il nous faudra inventer, avec l’ensemble des agents et des cadres et leurs représentant·e·s, des formes nouvelles de gestion du personnel.
Un tel changement est bien sûr inséparable des moyens mis à disposition du service public et donc des questions budgétaires.
Nous le redisons et la vie nous donne raison contre les dogmes libéraux et les pauvres excuses de Gazay pour justifier l’indigence de son bilan : ce ne sont pas les exigences financières qui doivent déterminer les orientations municipales, mais l’inverse.
Si Aubagne n’a plus le rayonnement qui était le sien et si sa voix est aujourd’hui inaudible dans la Métropole Gaudin-Vassal, c’est parce que le tandem Gazay-Barthélémy a trahi le combat des municipalités aubagnaises précédentes pour une relation saine et respectueuse avec Marseille. Certainement pas à cause de la situation financière ou de la dette !
À ce propos, redisons-le : Aubagne dispose de capacités financières suffisantes pour rembourser ses emprunts. Pour autant, il est nécessaire de réduire sa dette. À la réduction mécanique par l’inflation, estimée à 15M€, viendra s’ajouter, chaque année, la différence positive entre le montant des emprunts et le capital remboursé, soit 1M€.

Gazay : une dette aggravée
et un patrimoine bradé

Au total, la baisse de la dette, en valeur réelle, atteindra les 20M€ durant les six prochaines années. Notre objectif est clair : sur deux mandats, sortir Aubagne du Top 10 des villes les plus endettées de France. Nous n’aurons pas de mal à faire mieux que la droite : d’après le classement du Figaro, Aubagne était 5ème à son arrivée à la mairie en 2014 et 2ème en 2019…alors que sur la période, Gazay a sacrifié 20M€ de patrimoine communal!
Nous nous prononçons également en faveur d’une maitrise de la fiscalité.
On le sait, en 2024 plus aucun ménage ne paiera la Taxe d’Habitation. Nous nous engageons à ne pas augmenter toutes les autres taxes (Taxe Foncière, Taxe sur les enseignes…). Les tarifs des services municipaux seront réévalués à des taux inférieurs à l’évolution de l’inflation. Aubagne est une ville riche, encore faut-il que les Aubagnais en bénéficient !